Le marshmallow ou la vie

Toujours par sérendipité, c’est en regardant la liste des auteurs de l’excellent article La révolution Réactive, que j’ai parcouru le Google Plus de Philippe PRADEOS pour y trouver un article sur le théorème du Marshmallow.

Le théorème du marshmallow

Ce théorème stipule qu’en fonction d’un choix simple, il révèle notre manière d’aborder le monde et notre destinée.
Bref le marshmallow tout mou et rose soit-il est bien plus flippant qu’il n’y paraît.

Lisez cet article avant de lire ce qui suit. J’ai pas pour objectif de le paraphraser sur la forme, mais seulement d’y apporter ma réflexion personnelle.

En général les « penseurs » de ce type de théorème prennent des exemples assez bateaux pour révéler , illustrer et bousculer des choses plus profondes, des phénomènes sociaux, comportementaux, etc… sur un fond humoristique (qui est toujours plus agréable), saupoudré d’ironie voire de cynisme, voire malheureusement parfois une grosse dose à peine voilée de morale dogmatique.

Et bien j’avoue que je suis bien perplexe quant à ce théorème.
Je suis plutôt d’accord avec le fait qu’on considère notre vie, notre quotidien sur la base d’une vision court ou long termiste. Les moins ambitieux préfèrent l’instantanéité, le résultat immédiat. Les plus ambitieux sont moins pressés, lissent leur stratégie sur le tard, ne rechigent pas devant l’effort car pensent que le résultat sera d’une toute autre ampleur.

Le (bon) choix

Vous avez deux options :
1 – manger le marshmallow tout de suite.
2 – attendre 15 minutes que je revienne. Si vous n’avez pas mangé le marshmallow, je vous en donnerai un deuxième
”.

Le théorème conclut ceci : au final celui qui mange le marshmallow tout de suite est un looser et celui qui le mangera dans 15mn sera le winner.

Donc tous les grands winners de ce monde sont enfin rassuré d’avoir là l’echo de leur « winnitude »: « ouf on est sauvés on a le bon lifestyle, nos certitudes sont confortées. »

…ou pas.

Et moi je trouve qu’on passe complètement à côté de la plaque.
J’ai envie de dire « Merci Mr l’artisan de ce théorème pour ce bel exercice de capitalisme ! »

Tester l’expérience

Alors pour le fun, je me suis mis face à ce choix pour les raisons suivantes :
1) il semblait simple en apparence
2) souvent les choix les plus anodins cachent plus qu’il n’y parait
3) ce choix résonnait bizarrement

Et il s’est avéré que mon mode de réflexion fut bien différent.
Je précise que je me situe dans une interprétation très 1er degré.

Ici on distingue le winner par le fait qu’il choisit l’abondance (voire la cupidité s’il cumule) :
« Si j’attend, j’obtiens plus : pourquoi choisir une autre option ? c’es tout vu ! »

Pourquoi attendre ?

Vous comprendrez que le nom de ce paragraphe à 2 sens de lecture!

En ce qui me concerne, le choix n’est pas du tout lié au fait d’attendre ou non :
il se focalise sur un tout autre raisonnement.
Après tout, tant qu’à parler de lifestyle, mon raisonnement s’est porté sur une notion bien plus essentielle : « qu’est ce que MOI je veux ? »

Un seul marshmallow me suffirait.
Je n’ai ni besoin ni envie de ce 2e marshmallow.
Pourquoi devrais-je en vouloir plus ?

Et maintenant ce raisonnement relié à la question du contrat qu’impose le choix…et de celui qui l’a établi :

Pourquoi il est attendu que je veuille un 2e marshmallow pour être distingué de la médaille du winner ?

Ca n’a pas de sens, ca veut dire qu’il n’y a qu’un modèle de pensée à suivre pour être un winner ? Pourquoi « plus » serait « mieux » ?
Ce n’est pas dogmatique : il est important de vouloir faire mieux pour sa vie. Mais ca ne se résume pas toujours à une quantité.

Le facteur clé du choix :

Au final, il y a plusieurs sens de lecture. Et je trouve ça plutôt rassurant.
De mon point de vue, l’Attente n’est pas l’objet dans ce choix.
Je ne choisis pas en fonction du critère d’attente et la pénibilité qu’elle suscite pour obntenir la récompense au bout.
L’attente n’est pas la cause, elle est une conséquence qui accompagne la 2e option du choix.

Je choisis en fonction du critère d’abondance.
C’est çà la cause qui m’aide à déterminer l’option qui me convient

Ou autrement dit, est-ce que cette récompense (doubler mon gain) m’intéresse ?
La réponse est non, je me contente très bien d’1 seul marshmallow.
Mince alors ca casse la théorie de Mr Marshmallow 😀 puisque je détourne son acception.

Mon lifestyle

Cela fait echo à mes choix de vie, valeurs et convictions.
Depuis quelques années je me suis habitué à consommer moins, et apprécier ce que j’ai. Aussi parce que des évênements dans ma vie m’y ont contraint, mais j’en sors grandi.
Je me demande de plus en plus si ce que j’achète a du sens, est indispensable, me rendra plus heureux, et ne pas surcharger mon espace de vie (chez moi quoi).
Entre autres j’essaie de faire le tri entre ce que je souhaite ce qu’ « on » veut que je souhaite (publicité, …).

Le rapport au temps

On peut digresser sur le phénomène d’attente : plus j’attend plus j’amasse, mais moins je profite.
Donc je suis toujours la tête dans le futur et ne profite pas du plaisir présent. Soit j’ai une réflexion d’hédoniste soit d’Epargnant.

Clauses de contrat

Grâce aux commentaires autour de cet article, j’ai mis en évidence 4 clauses dans le choix, qui ne sont pas décrites noir sur blanc :

1) la garantie de gain est-elle immuable ?
Le choix ici se situe dans un idéal : il est scellé par une garantie. Tu choisis, tu auras quoiqu’il arrive.
Dans la vraie vie beaucoup de choix sont scellés par des promesses. Donc le gain lié à un choix comporte une part d’incertain.
C’est comme au boulot : si tu fais bien ton job et que tu es assez patient, tu auras ton augmentation. Mais des tas de facteurs peuvent invalider cette promesse.

2) le choix est-il répétable ?
si j’attend 15mn puis encore 15mn, est-ce que j’aurai 1 puis encore 1 marshmallow supplémenraires ?

3) Stock
Qui est lié à la clause n°2
Si j’attend 48h ou 1 mois, « le type bizarre » disposera-t-il en permanence d’un stock de marshmallows suffisant pour pérenniser sa part du contrat ?

4) Limite de durée
Qui a son tour est liée à la clause n°3.
Le contrat ne stipule  aucune limite de durée. C’est donc valable à vie.

Et vous quelle est votre réflexion sur ce théorème du Marshmallow?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s